EN CE MOMENT
COLLEGE EUGENIE TELL EBOUE

Histoire du collège

De par son ancrage dans le temps et l’espace de notre commune, le site du collège est devenu un lieu de mémoire.

Le collège Eugénie TELL EBOUE a été le seul collège de l’Ouest guyanais jusqu’en 1992, date de la création du collège Albert Londres. Le collège « SAINT LAURENT I » a ainsi accueilli de nombreuses générations d’élèves de Saint Laurent du Maroni, Mana et des communes du fleuve. La création du Collège d’Enseignement Supérieur en 1973 met fin à l’occupation des lieux par les sœurs Franciscaines Missionnaires de Marie qui géraient l’école privée catholique, l’Institution Saint Léon. Avant cela, dès la création de la commune pénitentiaire de Saint Laurent du Maroni, le site est occupé à partir de 1859 par le « bagne des femmes », couvent des sœurs de Saint Joseph de Cluny.

I. « La relégation des femmes et l’orphelinat » (1859-années 1930)

Femmes transportées et religieuse de l’ordre de St Joseph de Cluny (gravure de Riou, 1862)

Le site de notre collège apparait dans les premiers plans de la commune pénitentiaire, dès la fin du 19ème siècle. A partir de 1859, le couvent des sœurs de Saint Joseph de Cluny accueillit les premières femmes condamnées dans des conditions extrêmement précaires.
Ces femmes, sélectionnées parmi les plus aptes au travail, à la procréation et au relèvement moral, étaient destinées à épouser des bagnards libérés concessionnaires rencontrés au parloir du « kiosque » pour peupler la colonie.
Entre prières et corvées, les conditions de vie étaient difficiles : internement au couvent et travail obligatoire (confection des uniformes des bagnards, travaux des champs, cuisine …). L’établissement, en bois, est rapidement insalubre : le dortoir de l’atelier s’effondre au début du 20ème siècle.
Le bagne des femmes est un échec et l’envoi en Guyane des femmes reléguées et transportées est suspendu en 1907 ; le couvent héberge alors l’orphelinat. En 1914, certaines survivantes sont rapatriées en métropole, d’autres finissent leur vie à Saint Laurent du Maroni. En 1923, Albert Londres y rencontre « Sœur Florence » et « les trois dernières » bagnardes. Parmi elles, Marie Bartête, l’héroïne du roman de Bernadette Pécassou-Camebrac, La dernière bagnarde (Flammarion, 2011).

Vue du couvent (dessin à la mine de plomb de Huart, 1884, CAOM)

II. L’Institution Saint Léon (1931-1973)

En 1931, les sœurs Franciscaines Missionnaires de Marie s’installent sur le site et fondent l’Institution Saint Léon. Cet établissement privé catholique accueille à la fois les enfants de la bourgeoisie créole locale et ceux des orpailleurs qui travaillent sur le Haut Maroni.
Les religieuses dispensent des cours sous l’autorité de la mère supérieure. Les élèves, les filles puis les garçons, étudient auprès d’elles de la maternelle à la troisième.
L’année est rythmée par les célébrations religieuses dans la chapelle (actuelle salle de réunion), devant « la grotte de la Vierge » ou dans l’église du bourg toute proche.
Les spectacles et les cérémonies sont l’occasion pour les élèves et les sœurs de manifestations festives : danses, chants, représentations théâtrales …
Au fil des années les civils remplacent les religieuses et l’institution ferme en 1973.

Groupe de religieuses des FMM de l’Institution St Léon (début des années 70, col. particulière)

III. Le collège de la République (1973 à nos jours)

L’année 1973 est une année de transition : les premiers élèves du Collège d’Enseignement Général demeurent à l’école communale Giffard et l’administration dans ses nouveaux locaux qu’elle partage avec les sœurs en partance.
Rentrée 1974, cette première génération de collégiens investit les lieux : ils viennent de Saint Laurent, mais aussi de Mana et des communes du fleuve Maroni. Le premier principal, M. Paul Jean-Louis, loge encore dans les cellules des religieuses !
En 1994, sur proposition de Mme Agnès Bardury, principale, l’établissement est dénommé collège Eugénie Tell-Eboué par le Conseil Général de la Guyane.
En 1998, les couleurs bleu et blanc de la tenue vestimentaire des collégiens sont adoptées.
Le collège s’agrandit peu à peu et de nouveaux bâtiments accueillent les élèves. Seuls quelques vestiges (puits, cloche, lavoir et « grotte de la Vierge ») et l’actuel bâtiment de l’administration (avec l’ancienne chapelle) sont les témoins d’une époque révolue.
Aujourd’hui encore, d’autres travaux d’agrandissement et de rénovation sont programmés pour accueillir chaque année près de 900 élèves.

LES PRINCIPAUX DU COLLEGE I :

M. Paul Jean-Louis (principal, 1973-1981)
M. Raymond Tarcy (principal-adjoint, principal par intérim en 1974)
Mme Agnès Bardury (principale, 1981- 2006)
M. Michel Sympor (principal, 2006-2009)
Mme Pauline Pindard (principale-adjointe, principale par intérim, 2010-2011)
Mme Joëlle Laubacher (principale, 2009-2015)
M. Jules Vincent (principal, 2015-2018)

La classe de 4°C en 1991
Félix et Eugénie EBOUE (Musée des Cultures Guyanaises)
Le manguier, symbole de la continuité de notre établissement, des racines profondes aux plus hautes branches de l’arbre.

Espaces ProNote
Le Génie Info sur Youtube

Collège Eugénie Tell-Eboué
2 rue Félix Eboué
97320 Saint-Laurent du Maroni

Tel : 0594 34 74 30
Fax : 0594 34 13 93
ce.9730110G@ac-guyane.fr


©2018 Académie de la Guyane - Tous droits réservés | Mentions légales